Décès de Sylvia Stoleru

28 mars 2018

Nous avons la douleur d'apprendre le décès de Sylvia Stoleru (née Mandel), enfant Abadi, survenue le 7 septembre 2017.

Sylvia Stoleru, née Mandel est née le 26 avril 1936 à Leipzig, fille ainée d’Erich Mandel et Gisela Lauber, au sein d’une famille juive allemande d’origine allemande et polonaise.
À l’âge de 3 ans, ses parents et elle fuient l’Allemagne nazie vers Paris, ou une autre partie de la famille est déjà installée, puis arrivent à Nice où ils restent.
Elle sera cachée par le Réseau Marcel au Couvent des sœurs Clarisses à Cimiez, dans un petit cabanon qui s’y trouve encore. Son petit frère Henri, né en 1941, sera lui caché dans un autre lieu.
Entre temps, on a pu faire passer son père Erich en Suisse, où il se fait arrêter juste après avoir traversé la frontière et passe le reste de la guerre en camp de travail suisse. Sa mère Gisela se cachait à Nice et dans les environs dans des conditions dont nous ignorons les détails.

Après la libération, la famille put se retrouver et essayer de reconstruire une existence paisible à Nice. Dès les années 50, Sylvia participa au mouvement de jeunesse Bné Akiva où elle fit la connaissance de son futur épou, Yves Stoleru.
Très jeune, elle se mit à travailler dans une Maison de couture renommée et y développa sa passion pour la mode et le design.
Après leur mariage en 1961, ils eurent 4 enfants : Viviane, Eliane, Chantal et David. Sylvia eu vite fait de transmettre à ses enfants son amour pour la mode et les choses bien faites, ce qui marque leurs univers professionnels pourtant très variés.

Yves étant très actif dans le cadre du Bnai Brith et ayant toujours été proche de l'idéal sioniste, ils décident de s'installer en Israël en 1982 où deux de leurs enfants vivaient déjà. C’est à Jérusalem qu’ils choisirent de vivre, entourés de nombreux amis et très actifs dans les cercles francophones. Sylvia y était connue pour son élégance et le raffinement de ses tenues qu’elle dessinait et réalisait elle-même. Mais ses amis la connurent surtout pour sa gentillesse, sa générosité et son attachement, cachés derrière une timidité qui ne disparaissait qu’avec les plus proches. Son rire communicatif et sa sensibilité lui permettait de rassembler autour d’elle des personnalités très différentes, considérant tout le monde sur un pied d’égalité.

Sylvia Stoleru est décédée à Jérusalem le 7 septembre 2017, des suites d'une longue maladie, entourée de l'amour de sa famille jusqu'à ses derniers moments.
Elle repose au cimetière de Har Hamenouhot, sous un magnifique petit arbuste qui offre une composition pleine de sensibilité, et comme pour protéger de l’ardeur du soleil ses visiteurs bien aimés.

Yehi Zichra Barouch