conférence sur le Réseau Marcel à Ra’anana (Israël)

16 mai 2018

Le vendredi 13 avril 2018, une conférence traitant du Réseau Marcel s’est tenue au Ra’anana Pensioners Club (רַעֲנָנָה) au nord-est de Tel Aviv.

Cette conférence a été préparée et présentée par Gila Yeh, nièce de Moussa Abadi, ses trois filles Mayann, Inabl et Lior et Nadav, son neveu.

Gila a introduit la conférence puis, devant une assistance d’environ 80 personnes et durant un peu plus d’une heure, Inbal et Mayann ont raconté l’histoire d’Odette et Moussa Abadi et du Réseau Marcel.

Alternant images et discours, Inbal et Mayann ont conté, la rencontre d’Odette et Moussa, leur arrivée à Nice et ce qui a généré la volonté de Moussa de sauver les enfants. Elles ont raconté la façon dont Moussa s’est rapproché de Monseigneur Rémond, évèque de Nice, leurs nouvelles identités pour couvrir leur travail.

Elles ont décrit l’affection et le dévouement d’Odette pour ces enfants cachés à travers les témoignages collectés auprès de Jeannette Wolgust et Marthe Kuperminc. Elles ont relaté l’arrestation d’Odette et le courage de Moussa pour survivre et poursuivre les activités du réseau sans Odette.

L’après-guerre n’a pas été oublié. De la libération d’Odette aux 50 années de silence qui ont suivi et enfin l’envie de raconter pour transmettre et protéger. Du discours de Moussa en 1995, deux extraits choisis ont marqué les esprits : À la question « Pourquoi avez -vous fait cela ?", Moussa avait répondu "Odette et moi, nous avions besoin de "passer par les nuages. Et aussi, parce que nous étions là où il fallait, au moment où il le fallait ». Et à la question « Qu’est -ce qu’un enfant cache? », Moussa répondait : « C'était un enfant en danger. C'était un enfant qui avait besoin des autres. C'était un enfant qui risquait de mourir. Alors je vous le demande, je vous en prie, regardez autour de vous. Pensez aux enfants du Rwanda, aux enfants de la Somalie, aux enfants des trottoirs de Manille, aux enfants de Tchernobyl, aux enfants de Sarajevo. Ce sont des enfants cachés ! Et vous leur devez quelque chose. Alors, faites quelque chose. Et, si vous n'avez pas les moyens de faire quelque chose pour eux, alors, criez , hurlez, n'acceptez pas que dans ce monde, on tue, à quelques centaines de kilomètres de chez vous. » illustrant que des drames se jouent encore aujourd’hui et qu’il est de la reponsabilité de chaun d’entre nous d’aider les plus faibles.

Au terme de la conférence, une femme s’est approchée de Gila, lui indiquant qu’elle était elle-même une enfant cachée dans la région de Nice. Elle ne souvient que de peu de choses et n’a pas de souvenir d’Odette et Moussa. Elle se souvient qu’elle s’appelait Yvonne Hirsch, qu’elle avait 7 ou 8 ans et qu’elle avait été amenée par une travailleuse socials à une femme du nom Suzanne Maron dans le village de Saint- Gaultier. Son nom ne figure pas sur la liste des Enfants Abadi mais qui sait … ?

La conférence a reçu un accueil enthousiaste. Même après quelques jours, Gila et les siens ont reçu, parfois en pleine rue, des encouragements chaleureux de la part d’auditeurs ravis.

Pour Gila, Nadav, Inbal et Mayann, ce moment fut plus qu’une simple conférence, ce fut un véritable projet familial chargé d’émotion et du bonheur de transmettre.

Cette présentation a été réalisée sur la base de conversations avec les membres de l’Association des Enfants et Amis Abadi, du discours de Moussa en 1995 et de quelques éléments tirés du livre «The Marcel Network » de Fred Colman. Des extraits du discours de Moussa ont été traduits en hébreu et lus lors le conférence. De nombreuses photos et documents ont été empruntés au site Internet de l’association des Enfants et Amis Abadi.