Andrée, 3 ans, sauvée des nazis par Jeanne et Jean Rous

16 août 2019

En Provence et sur la Côte d’Azur, le réseau Marcel a sauvé 527 enfants juifs dont Andrée Poch-Karsenti, cachée à Annot par la famille Rous.

J'avais 14 ans. Mon frère m’a emmenée à Nice pour revoir le logement situé rue Niépce où notre famille résidait. Puis, il m’a conduite dans le bâtiment d’en face. Au deuxième étage, il a sonné, s’est écarté. Jeanne a ouvert la porte et s’est écrié : “Dédée !"

Andrée Poch-Karsenti a réchappé de la barbarie nazie grâce à ces nombreux anonymes parfois élevés au rang de Justes par Yad Vashem, l’institut international pour la mémoire de la Shoah.

Andrée avait à peine trois ans quand ce 8 novembre 1943, ses parents sont arrêtés par la Gestapo à Annot, au sud-est des Alpes-de-Haute-Provence, et déportés dans les camps de la mort.

Mon père était peintre en bâtiment, ma mère au foyer. J’étais la cadette de la fratrie, mes deux frères avaient dix et neuf ans.

Ce jour-là, comme souvent, Andrée est allée jouer avec Jacques, de deux ans son aîné, le fils de Jeanne et Jean Rous, qui habitent en face, alors que ses deux frères aînés sont déjà mis en sécurité à l’extérieur de Nice…

« M. et Mme Tout le monde »

"Jeanne et Jean Rous étaient M. et Mme Tout le monde, mais aussi des gens exceptionnels" analyse Andrée Poch-Karsenti. Ils ont caché d’autres juifs. Grâce au réseau Marcel, Andrée circule ensuite de cache en cache. À la Libération, Andrée, orpheline, est récupérée, tout comme ses deux frères rescapés, par sa famille paternelle qui habitait Metz, puis part au Maroc avec ses grands-parents, avant de rallier la métropole à 17 ans. « J’ai fait des études d’infirmière puis de puériculture. Je me suis mariée, on s’est installé avec mon mari dans la région parisienne. » Où trois enfants naîtront, dans ce foyer riche aujourd’hui de sept petits-enfants.

Un jour, mon frère aîné tombe à Metz sur une publication éditée en Israël dans laquelle on recherche les enfants juifs cachés et sauvés seulement par le réseau Marcel créé par Odette Rosenstock et Moussa Abadi. Il s’avère après quelques recherches que le couple habite Vincennes, pas très loin de mon domicile. J’ai fait en sorte que Jeanne et Jean Rous soient nommés Justes parmi les nations. Ce qui fut fait en 2005

Ce samedi 17 août, Andrée Poch-Karsenti participera aux cérémonies organisées pour le 75e anniversaire de la Libération à Rigaud, dans les Alpes-Maritimes. La veille, elle retrouvera Jacques Rous, médecin retraité, ancien adjoint au maire de Digne, avec lequel elle est restée en contact étroit depuis cette période tragique. « Il nous faut faire vivre cette mémoire auprès des jeunes générations » explique Jean-Claude Pallanca, postier au civil, président de l’association Infos des vallées, qui édite un journal numérique dans l’arrière-pays niçois et qui organise ce samedi 17 août à Rigaud (Alpes-Maritimes) une journée du souvenir particulière. Une exposition de documents sera présentée sous la forme de panneaux comme un mur éphémère à la mémoire des Justes de la région et de la Résistance locale.

Cette journée a reçu l’appui de la fondation pour la mémoire de la Shoah présidée par Serge Klarsfeld, qui a d’ailleurs envoyé un mot de soutien à l’association. « On recense 13 Justes dans notre canton, précise Jean-Claude Pallanca. Et entre Saint-André-les-Alpes et Touët-sur-Var, 45 résistants ont été assassinés par les nazis. Il faut que les futurs citoyens de ce pays s’en souviennent. »

527 rescapés

Le réseau Marcel est né à l’initiative d’Odette Rosenstock, médecin, et Moussa Abadi, critique théâtral. Avec l’aide de l’évêque de Nice Mgr Paul Rémond et des familles protestantes, ils sauvèrent 527 enfants juifs de la déportation entre 1943 et 1945, en organisant un réseau de planques dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Odette a été déportée en avril 1944, mais a survécu. Son mari a été arrêté mais relâché, car la Gestapo n’a pas trouvé sa véritable identité. Andrée Poch-Karsenti a relaté dans son ouvrage “Les 527 enfants d’Odette et Moussa”, l’épopée de ce couple pas comme les autres.